L’École des Ponts 1747 – 2016 : Une longue histoire de fertilisation croisée des cultures

Depuis l’origine de l’École l’ingénieur des ponts est un ingénieur sans frontières. Le dépassement des limites de nos connaissances, des disciplines établies, des terrains de recherche et de ses applications mais aussi des cultures et des langues fait intégralement partie de son identité. L’École est née à l’époque de l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert, exemples vivants d’une curiosité insatiable qui a comme seule ambition d’améliorer les conditions de vie de l’humanité en faisant dialoguer fructueusement les sciences de la nature et les sciences de l’esprit, et ceci sans aucune hiérarchie de valeur.

La diversité des langues et des cultures donne le la à cette musique. C’est elle qui sait stimuler les traductions et les passages, les rencontres et les dépaysements, c’est elle qui rend possible la découverte de nouveaux mondes et le renouvellement permanent de notre vision du monde.

Depuis toujours, l’ingénieur des ponts parle d’autres langues que la sienne. L’italien, très important au début de l’histoire de l’École, a peu à peu fait de la place à d’autres langues. L’espagnol d’abord et l’anglais ensuite, sans oublier toutes les autres langues que les élèves ont choisi comme troisième langue. Ainsi sont enseignées aujourd’hui une dizaine de langues : l’anglais comme outil indispensable du monde du travail de l’ingénieur est bien sûr obligatoire, mais une deuxième langue doit aussi être choisie parmi les suivantes : l’allemand, l’espagnol, l’italien, le portugais, le russe, l’arabe, le chinois, le japonais et – « last but not least » – le français pour les étudiants internationaux.

La mondialisation et l’interpénétration de nos sociétés lancent aujourd’hui le très grand défi de l’internationalisation à tous les acteurs et organismes de l’enseignement supérieur. C’est la raison pour laquelle la direction a pris la décision en 2014 de tenter d’obtenir le nouveau label européen CeQuInt. Nous avons mis en avant lors de l’audit notre politique de double-diplôme, et notamment les modes de recrutement et l’intégration des étudiants internationaux, notre politique volontariste d’expérience internationale pour les étudiants français, nos méthodes pédagogiques (importance des langues, cours « tandem », enseignements de sciences humaines et sociales, travail en équipes multiculturelles sur des projets pluridisciplinaires) et l’insertion professionnelle de nos diplômés à l’international.

L’École a obtenu ce label le 27 février 2015. Le rapport des auditeurs a mis en avant la claire volonté d’internationaliser encore davantage la formation ainsi que l’excellente qualité de l’enseignement et de nos étudiants. L’apprentissage des langues étrangères et la grande importance accordée à la compétence interculturelle ont été reconnus comme « bonnes pratiques ».

L’équipe des enseignants de langue de l’École est ainsi encouragée de poursuivre le développement de son offre de formation basée sur l’approche par compétences. Elle met volontairement l’accent sur les compétences complexes d’interaction et de médiation qui doivent nécessairement compléter les quatre compétences de base que sont la compréhension et l’expression orales et écrites.

Etant elle-même composée d’une cinquantaine d’enseignants venant de différents horizons cette équipe participe régulièrement à des projets de recherche-action et aux colloques scientifiques en France et à l’étranger. Le président du département a l’honneur de présider depuis 2012 l’Union des Professeurs de Langues Étrangères des Grandes Écoles et de l’Enseignement Supérieur (UPLEGESS). Son prochain congrès annuel aura lieu fin mai à l’ESTP de Cachan sur le thème « NORME ET RÉFÉRENTIEL – CRÉATIVITÉ ET INNOVATION: QUELLE MÉDIATION DANS UN CONTEXTE D’APPRENTISSAGE? ». Comme le montre cette thématique l’apprentissage des langues dans les Grandes Ecoles se situe aujourd’hui pleinement dans les enjeux sociétaux actuels et transfrontaliers.

Ainsi cette équipe apporte sa pierre à l’édifice de la formation de l’ingénieur des ponts de demain. Comme ses prédécesseurs il sera un passeur et un médiateur capable d’innover et d’inventer des solutions durables pour une société en permanente mutation.

Auteur: Jörg Eschenauer – Président du Département de Formation Linguistique – École nationale des ponts et chaussées.