Félicitations à Adel CHOUKRI, lauréat du prix du Mastérien de l'année 2019

Chaque année, le prix du Mastérien récompense un élève en formation de Mastère Spécialisé® à l’École des Ponts pour la qualité de son parcours, ainsi que la cohérence de son projet professionnel.

Les candidats doivent présenter leur projet professionnel à un horizon de 10 ans (environnement professionnel, fonctions exercées, …), en rédigeant et commentant leur curriculum vitae, et en indiquant en quoi leur formation à l’Ecole des Ponts aura répondu à leurs attentes et leur aura servi pour réaliser ce projet professionnel. Les candidats doivent également préciser le mode de financement auquel ils ont eu recours pour bénéficier de leur formation.

Le jury est présidé depuis 2015 par Thierry Déau (Fondateur et président-directeur général de Meridiam, président de Ponts Alumni). Il est composé d’Anne Bernard-Gély (promotion 1979), Karen Peyronnin (responsable du pôle Mastère Spécialisé®), Bruno Chanut (promotion 1987), Bruno Teman (promotion 1990), Boris Rowenczyn (promotion 2003), et Louis-Michel Sanche (délégué général de la Fondation, promotion 1974).

Les élèves disposent de 10 à 15 minutes pour présenter leur candidature, suivi d’un échange avec les membres du jury.

Cette année, le prix du Mastérien de l’année a été attribué à Adel CHOUKRI (Mastère Systèmes De Transports Ferroviaires Et Urbains), qui remporte la somme de 1 500 €. Le jury, impressionné par la diversité des candidats et la qualité de la plupart d’entre eux, a également attribué un “prix spécial” de 500 € à Boubekeur MERABET (Mastère Systèmes De Transports Ferroviaires Et Urbains).

Les lauréats du prix du Mastérien 2019, nous ont accordés une interview, et nous les remercions chaleureusement.

Le Lauréat : Adel CHOUKRI (Mastère Systèmes De Transports Ferroviaires Et Urbains)

La grande détermination d’Adel CHOUKRI, a particulièrement impressionné et lui a permis d’emporter ce prix d’un montant de 1 500 €.

Ayant suivi un parcours d’ingénieur à l’Institut National des Sciences Appliquées Val de Loire (Maîtrise des risques industriels, option d’approfondissement, Transport Production Robotique), il intègre l’École des Ponts ParisTech grâce à sa volonté.

Méritant, il est consciencieux des limites qu’il cherche à dépasser. Avec cette détermination, il construit un projet professionnel intelligent et solide pour y donner le meilleur de lui-même.

Pourrais-tu nous en dire plus sur toi et sur ton parcours scolaire à l’ENPC ?
J’ai intégré l’ENPC après une expérience professionnelle d’un an. D’autre part, je suis joueur international d’échec (Maitre fédéral), et membre de l’équipe nationale marocaine.

Avais-tu connaissance de l’existence de ce prix ?
Oui, j’ai été informé ainsi que mes collègues, par la directrice du Mastère Spécialisé Systèmes de Transports Ferroviaires et Urbains.

Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à déposer ta candidature pour ce prix ?
Je voulais faire challenger mes idées et ma vision de ma carrière avec les membres du jury et chercher des conseils.

Être lauréat du prix du Mastérien de l’année, qu’est-ce que cela signifie pour toi ?
Cela me donne plus de confiance en ma vision.

Sur quels aspects penses-tu que ta candidature à fait la différence ?
J’ai été satisfait de ma prestation, et de la manière avec laquelle, j’ai montré ma motivation, et de challenger mes idées et ma vision.

Aurais-tu des anecdotes ou souvenirs à nous faire partager lors de cette année d’études ? Un élément qui t’a marqué pendant le jury, une anecdote ou un moment appréciable ?
Au début de l’année, je ne savais pas si j’allais réussir à continuer le mastère ou pas (n’ayant pas le droit de redevenir étudiant avec ma carte séjour salarié). J’ai donc tout misé pour qu’une entreprise me paye le mastère en tant que salarié, tous mes collègues m’encourageaient et j’ai trouvé cela très remarquable. J’ai finalement eu la très bonne nouvelle d’être embauché chez Alstom, après plusieurs entretiens.

Sinon, le siège de la société MERIDIAM où j’ai passé l’entretien du prix du Mastérien est magnifique !

Ce prix, comme l’ensemble des actions de la Fondation est financé grâce aux dons des anciens élèves, auriez-vous un mot à leur dire ?
Je pense que tous les étudiants doivent participer à ce prix, c’est un vrai challenge. Ça permet au moins de construire une vision claire de son avenir.
J’espère que les lauréats continueront à soutenir la Fondation des Ponts et s’entraider pour réussir ensemble.

Prix spécial du jury : Boubekeur MERABET (Mastère Systèmes De Transports Ferroviaires Et Urbains)

Un prix spécial de 500 €, a été attribué par le jury, à Boubekeur MERABET, du même Mastère (MS Systèmes De Transports Ferroviaires Et Urbains).

Ce prix récompense l’excellence de son parcours, mais aussi la reconnaissance de ses sérieuses compétences et d’une expérience professionnelle déjà solide.

Il fait preuve d’une grande maturité, il projette un parcours lui permettant d’être pleinement acteur des évolutions qui s’imposent à l’entreprise à laquelle il est attaché.

Pourrais-tu nous en dire plus sur toi et sur ton parcours scolaire à l’ENPC ?
J’ai passé une année à l’ENPC. C’est une formation que j’ai fait en parallèle avec mon travail.

Avais-tu connaissance de l’existence de ce prix ?
J’ai connu ce prix grâce à la communication faite par l’École et j’ai aussi reçu le mail. Notre responsable du Mastère nous en avait aussi parlé.

Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à déposer ta candidature pour ce prix ?
J’ai trouvé le jeu très intéressant : comment s’organiser avec une projection à 10 ans, c’est-à-dire expliquer sa carrière, mais dans 10 ans. Cet exercice me permettait à moi-même de mettre des mots sur les perspectives d’évolution que j’avais dans l’entreprise. Puis, le fait de se forcer à l’écrire sur le CV, m’a permis de me rendre compte de la cohérence de ce que je cherche à construire. Ces deux éléments ont été une motivation pour moi de participer.

Être lauréat du prix du Mastérien de l’année, qu’est-ce que cela signifie pour toi ?
J’étais très content en apprenant que j’avais été lauréat.
Ma candidature a démontré que le parcours que j’ai présenté et les perspectives que je me donne, ne sont pas éloignés de la réalité et ça me renforce dans l’idée que je peux y arriver.

Sur quels aspects penses-tu que ta candidature à fait la différence ? Quelle était sa force ?
J’ai essayé de mettre en avant mon sens de la communication, car j’ai derrière moi, plus de 10 ans d’expérience.
De plus, le projet présenté était ambitieux et j’ai su le démontrer.

Aurais-tu des anecdotes ou souvenirs à nous faire partager lors de cette année d’études ? Un élément qui t’a marqué pendant le jury, une anecdote ou un moment appréciable ?
Le jour de la présentation était particulièrement difficile, car c’était une journée de mobilisation.
Je craignais d’être en retard et c’était malheureusement le cas. Mais le jury a eu la grande amabilité d’accepter de me recevoir. Au début de l’entretien, j’étais stressé à cause de mon retard. Mais au final, nous avons bien échangé avec les membres du jury et c’était extrêmement convivial.

Ce prix, comme l’ensemble des actions de la Fondation est financé grâce aux dons des anciens élèves, auriez-vous un mot à leur dire ?
Le rôle de la Fondation est aujourd’hui crucial, surtout avec le contexte actuel. Son objectif est précieux, le fait d’accompagner des étudiants qui sont parfois dans des conditions difficiles.