All Posts By

Guillaume Monaci

Soirée de la Fondation 2019 – photos

By | Actualités, Évènement

Prix 2019 de la meilleur thèse de l’année

By | Actualités, Recherche & innovation pédagogique
1er prix ex-æquo - 2 000 €

Fabien Esculier

du laboratoire Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains (Leesu)

pour sa thèse intitulée " le système alimentation/excrétion des territoires urbains : régimes et transitions socio-écologiques " pour son originalité, ses impacts potentiels et la maîtrise impressionnante de son sujet.

Cliquez ici pour voir l'interview de Fabien Esculier

1er prix ex-æquo - 2 000 €

Spyros Gidaris

du laboratoire d'informatique Gaspard-Monge (LIGM)

pour sa thèse intitulée "effective and annotation-efficient deep learning for image understanding", sur un sujet traité aujourd'hui par beaucoup de chercheurs, mais dont la qualité scientifique a été jugée de niveau mondial.

Lire l'interview du lauréat (en Anglais)

Le jury du prix de la meilleure de thèse était présidé par Didier Roux, président du conseil scientifique de l’école.

Il comprenait Sophie Mougard, Françoise Prêteux, Laurent Bellanger ( MTES/DRI), Pascal Bain (ANR), Luc Delatte (directeur de la recherche à l’ENTPE), Monique Thonnat (directrice de reherche et mebre du conseil scientifique de l’école) et Louis-Michel Sanche (délégué général de la Fondation des Ponts).

La remise des prix a eu lieu pendant la soirée de la Fondation, le mardi 04 juin à l’Institut de France.

Soirée de la Fondation 2019

By | Actualités, Évènement
La remise du prix de la la meilleure thèse de l’année
La vidéo de la soirée
Les photos de la soirée

Avec la présence exceptionnelle de Jean Salençon, promotion 1964

Jean Salençon, ancien Président de l’institut de France, membre de l’académie des sciences et des technologies, ancien professeur à l’École des Ponts.

Merci

aux généreux donateurs, élèves et anciens élèves, membres de l’École, de Ponts Alumni et de la Fondation, réunis mardi 04 juin 2019, à l’Institut de France, pour partager un moment convivial, se retrouver, échanger, ou tout simplement être remerciés du soutien apporté, parfois depuis de nombreuses années, à la Fondation des Ponts et à l’École des Ponts ParisTech.

aux

187
participants

Galerie photos

Cliquez sur la photo pour afficher en plein écran

Soirée de la Fondation - Introduction & remise du prix de thèse

Prix du Mastérien de l’année

By | Actualités, Étudiants

Félicitation à Rani CHERIFI, lauréat du prix du Mastérien de l'année

Le Lauréat : Rani CHERIFI (MS Aménagement et Maîtrise d’ouvrage Urbaine – AMUR)

La grande détermination de Rani Cherifi a particulièrement impressionné. Son parcours tout d’abord, (Diplôme Universitaire de Technologie spécialisé en Gestion Urbaine, Licence 3 Aménagement, Environnement et Urbanisme, puis Master 1&2 en Aménagement et Urbanisme spécialité Politique et Ingénierie Foncière à l’Université de Lille) a démontré un intérêt tout particulier pour l’urbanisme.

Parallèlement à cela, il s’est inscrit au CNAM pour y préparer un diplôme d’Etat de “Responsable de Programmes Immobilier”, et c’est dit-il pour “acquérir  de nouvelles compétences et pour rencontrer des intervenants de haut-niveau”, qu’il intègre le Mastère Aménagement et Maîtrise d’Ouvrage Urbaine au sein de l’École des Ponts ParisTech.

Mais cette détermination s’est également manifestée par l’effort qu’il a dû faire en suivant sa formation, tout en continuant d’habiter chez ses parents (dans le nord de la France), au prix d’un lourd sacrifice, représentant 4h40 de train par jour.

De gauche à droite, Karen PEYRONNIN, Sophie MOUGARD, Julie SEBERT (AMUR), Marion BRISSE (AMUR), Nedra BRAHAM (GCE), Rani CHERIFI (AMUR), Mustapha HALFAOUI (GCE), Bodom MATUNGULU (STFU), Louis-Michel SANCHE.

Crédit photo : © École des Ponts ParisTech

Prix spécial du jury : Georgios TZIMAS (MS Infrastructure Project Finance – IPF)

Le jury a également décidé de primer un 2nd candidat, Georgios TZIMAS,  en récompensant l’excellence de son parcours, mais aussi la reconnaissance qu’il manifeste à la France pour les études qu’il a pu y suivre.

Comme chaque année, il est à noté la qualité des 8 candidats, qui ont séduit le jury composé de :

  • Thierry Déau (Président du jury)
  • Bruno Chanut,
  • Karen Peyronnin,
  • Boris Rowenczyn,
  • Louis-Michel Sanche,
  • Anne Bernard-Gély (excusée)

Start-up des Ponts : 1 an après

By | Actualités, Entrepreneuriat

En 2018, vous découvriez les premières start-up des Ponts à être incubées à Station F grâce au soutien de Ponts Alumni, et de la Fondation. Un an après, nous avons pris des nouvelles de nos talentueux entrepreneurs, les voici :

Urban Canopee

“Urban Canopee a été sélectionnée pour exposer au CES 2019 de Las Vegas aux côtés de la French Tech. Cette expérience a été un réel succès. En effet parmi toutes les technologies présentes, nous avons réussi à nous démarquer, en montrant que l’on pouvait aussi faire de la Tech au service de l’Homme et de la Planète.

En Février Elodie, co-fondatrice et CTO d’Urban Canopee a gagné le Women4Climate Tech Challenge lors du C40 for Cities. Elodie a notamment pu parler aux maires du monde entier, décideurs d’aujourd’hui et de demain, pour les convaincre de rendre nos villes plus vertes et respirables.

L’année 2018 a également été marquée par un renforcement de l’équipe opérationnelle sur les thématiques de R&D, d’industrialisation, de végétalisation et de développement commercial.

Nous faisons une première levée de fonds au printemps, et notre challenge est de réussir notre pré industrialisation et nos premières implantations clients.” (Hubert Michaudet, CEO)

Internest

“Au cours des 12 derniers mois, Internest a signé des collaborations avec de grands groupes industriels français tels que Naval Group et internationaux comme Israel Aerospace Industries désireux de commercialiser les solutions Internest. Un temps fort commercial fut le salon Euronaval au cours duquel nous avons reçu la visite du Président Macron et la Ministre de la Défense comme témoigne cette vidéo.

Internest est train de finaliser sa première levée de fonds auprès d’industriels du secteur et de Business Angels afin de pleinement saisir les sollicitations commerciales et renforcer l’équipe avec de nouveaux  talents. Nous serions très heureux si des anciens décidaient de participer à ce tour !” (Hadrien Busieau, co-fondateur)

Harvestr

Lauréats du prix "entrepreneurial" 2018

“Depuis l’obtention du prix de la Fondation des Ponts, l’aventure Harvestr s’est accélérée. Tout d’abord, la fin de l’année 2018 fut aussi celle de la version beta de notre logiciel, sur laquelle nous avons eu plus de 800 utilisateurs venant du monde entier. Le succès de cette version beta s’est soldé par la nomination d’Harvestr comme “produit du jour” sur la célèbre plateforme de référencement américaine Producthunt en décembre 2018. En parallèle, nous avons aussi été lauréats régionaux et nationaux du Prix Pepite Tremplin pour l’entrepreneuriat étudiant, ce qui nous a permis de financer nos dépenses opérationnelles et l’achat de matériel informatique indispensable à notre activité.

Depuis février 2019 et après la fin de notre version beta, nous avons commercialisé la version 1 de notre logiciel à destination des équipes produit digitales et avons aujourd’hui nos premiers clients en France et à l’international. Nous avons également agrandit l’équipe avec l’arrivée en mars 2019 d’un premier développeur et nous sommes actuellement en train de lever des fonds.

Le prix de la Fondation des Ponts fait partie des soutiens essentiels sans lesquels nous n’aurions pas pu parcourir tout ce chemin, et nous tenions donc à remercier encore une fois chaleureusement la Fondation et ses donateurs pour leur aide précieuse.” (Valentin Huang, CEO)

Wind My Roof

“Tout d’abord recevoir le prix de la fondation nous a permis de commencer plus sereinement notre activité entrepreneuriale. Nous avons pu mettre toute notre énergie dans la professionnalisation de notre activité. Nous avons été incubé au sein de Léonard, la plateforme d’innovation de Vinci, nous avons pu mettre au point un business plan solide tout en tirant part de leur réseau. Notre business plan a été mis à l’épreuve et affiné lors de plusieurs concours (liens ci-contre).

L’ensemble de ces expériences nous ont permis de mieux comprendre les enjeux dans leur ensemble, d’être accompagné, conseillé et de gagner en visibilité. Une fois notre business modèle mûr, nous avons monté un dossier de subvention publique, financé par la BPI France et la région Île de France, qui a été accepté (30k€). Cette subvention nous a permis de développer un premier prototype industriel de notre éolienne, qui sera installé à côté de l’École des Ponts pour être testé en conditions réelles très prochainement.

Nous préparons actuellement une levée de fonds pour développer complètement notre produit en vue d’équiper un premier bâtiment avec une dizaine de modules d’ici le début de l’année 2020. Nous travaillons avec le CSTB Nantes et Marne-la-vallée pour mettre au point une éolienne aux normes et fiable !” (Yanis Maacha, co-fondateur)

Aïna

Depuis l’année dernière nous avons finalisé notre premier produit et nous sommes en pleine commercialisation. Une fois l’industrialisation finie et nos outils marketing définis nous avons équipé nos premiers clients : hôpitaux et résidences seniors. Nous avons agrandi notre équipe, puisque 4 personnes travaillent aujourd’hui au sein d’Aïna. Nous avons également remporté plusieurs prix qui nous aident au développement, dont très récemment celui de l’enseigne Bien Chez Moi des Mousquetaires. Nous avons par ailleurs le soutien de la CNAV. (Florence Mathieu, fondatrice)

Cliquez sur l’image pour agrandir

Mais aussi :

Incepto Medical au JT de 20h sur FR2

Sommelier du Parfum est

Grâce à votre soutien en 2018, ce sont 19 000 € qui ont été consacrés à l'entrepreneuriat, et notamment au programme "Station F"

Votre soutien est essentiel pour pérenniser ce programme !

Le programme "Station F"Faire un don

La Fondation participe à l’achat d’un dessin représentant la rue des Saints-Pères

By | Actualités, Patrimoine

La "rue des Saints-Pères" par Jean-Nicolas-Louis Durand (1760 - 1834)

La Fondation a participé à l'achat de ce dessin.

Acquis grâce au soutien de la Fondation des Ponts et de Ponts Alumni lors d’une vente aux enchères organisée chez Drouot fin 2018, ce dessin aquarellé de l’hôtel de Fleury, adresse historique de l’École des Ponts de 1845 jusqu’à la vente de l’hôtel en 2008, fut réalisé par Jean-Nicolas-Louis Durand (1760-1834).

Des 10 hôtels que l’École a occupés depuis 1747, l’hôtel de Fleury est un des rares pour lequel l’École n’avait ni plans ni dessins de l’époque, alors qu’elle y est restée 150 ans (à l’inverse des hôtels Libéral Bruant, du Châtelet, de Charolais, …)

Ce dessin, passé en plusieurs mains privées, est connu des historiens et des chercheurs, et c’est à l’Ecole qu’ils s’adressaient pour obtenir le droit de le reproduire dans des ouvrages, alors même qu’elle ne le possédait pas encore.

Cliquez sur l’image pour agrandir

Ce dessin est antérieur à l'installation de l'Ecole rue des Saints-Pères puisque Durand est mort environ 10 ans auparavant, mais il présente un intérêt documentaire certain. En effet, grâce à ce dessin, on connait l'aspect qu'avait l'hôtel de Fleury au moment où l'Ecole s'y est installée, ce qui est inédit dans les fonds patrimoniaux de l’École, les travaux d'agrandissement menés dans la seconde moitié du XIXe ayant significativement modifié l'aspect de ce bâtiment.

Anne LacourtChargée de mission Archives, et de la conservation des collections.

QS World University Rankings by Subjects 2019 – L’École progresse encore

By | Actualités, Étudiants, Rayonnement

QS World University Rankings by Subjects 2019 : L'École progresse encore

L’édition 2019 du QS World University Rankings by subject vient d’être publiée.

Cette année, l’École des Ponts ParisTech renoue avec le classement en Civil & Structural Engineering en se positionnant au rang 51-100, 1er établissement français du classement avec PSL.

L’École entre aussi dans le classement Mechanical, Aeronautical & Manufacturing Engineering à la 151-200e position.

À noter :  l’École fait son entrée dans 2 autres subjects en 551-600e place : Physics & Astronomy et Computer Science & Information Systems

Enfin, plus largement, les “subjects” de ce classement sont inclus dans cinq grandes catégories (broad subject) : l’École continue de progresser fortement en Engineering & Technology pour se hisser à la 270e place (en 2017 : 344e, en 2018 : 318e)

Le QS World University Rankings by Subject publié chaque année depuis 2011 prend en compte plusieurs critères dont la réputation académique de l’établissement, l’insertion professionnelle et l’impact de la recherche.

Lancement d’une nouvelle chaire “Supply Chain du futur”

By | Actualités, Recherche & innovation pédagogique

L’École des Ponts ParisTech lance une nouvelle chaire “supply chain du futur”, d’une durée de 4 ans, avec le soutien du groupe Renault, de Louis Vuitton, du groupe Casino et du groupe Michelin.

L’objectif de l’École et de ses partenaires industriels : faire avancer la formation, l’innovation et la recherche dans le domaine de la supply chain. Cette chaire a pour vocation de relever les défis de la supply chain du futur. L’impact des nouvelles technologies sera exploré en profondeur et de nouveaux usages seront proposés autour de l’internet des objets, la data science, la blockchain….

La signature de la convention de partenariat s’est déroulée le 14 février 2019 entre l’École, les partenaires et la Fondation des Ponts, à la Maison des Ponts à Paris.

Vers une supply chain mieux connectée, sécurisée et autonome

Dans un contexte de globalisation croissante et d’exigences toujours plus fortes en terme de service, la supply chain est devenue en deux décennies une des fonctions majeures de l’entreprise. Le groupe Renault, Louis Vuitton, le groupe Casino et le groupe Michelin, entreprises considérées parmi les plus en pointe sur un certain nombre de pratiques supply chain, s’interrogent sur l’impact des nouvelles technologies : internet des objets, data sciences, blockchain, intelligence artificielle, fabrication additive… Les défis de la supply chain du futur sont fortement dépendants de la capacité à intégrer ces évolutions technologiques et à définir les nouveaux usages adaptés.

À travers cette chaire, les entreprises entendent monter encore en compétences avec comme objectifs de :
– mieux orchestrer les opérations des fournisseurs aux magasins,
– d’améliorer l’adaptabilité dans la production et dans la distribution,
– d’intégrer de nouvelles compétences RH et d’améliorer les conditions de travail,
– ou encore d’accompagner les stratégies de développement durable…

Elles pourront s’appuyer sur les expertises de l’École des Ponts ParisTech au travers de ses départements d’enseignement (Génie Industriel / Ingénierie Mathématique et Informatiques et Sciences Économiques, Gestion, Finance), ses laboratoires de recherche dont le CERMICS (Centre d’Enseignement et de Recherche en Mathématiques et Calcul Scientifique) et la d.school de l’École (pour son expertise en Design Thinking).

La chaire est placée sous la direction scientifique de Philippe Wieser, professeur à l’EPFL et à l’École des Ponts ParisTech et directeur de l’IML (International Institute for the Management of Logistics) et sous la direction académique d’Aurélie Delemarle, directrice académique du département Génie Industriel de l’École des Ponts ParisTech.

Une chaire complète

Ce partenariat vise à soutenir un projet pédagogique et scientifique ambitieux en proposant des projets de départements, des séminaires de partage d’expériences, des écoles annuelles et un programme de recherche en lien avec les enjeux que représentent le développement de la supply chain du futur, et notamment la prise en compte des enjeux scientifiques, technologiques, organisationnels, sociaux et environnementaux. Les activités de la chaire s’organiseront sur plusieurs plans :

  • Soutien à l’enseignement : par la proposition de sujets de projets, de stages, de projets de fin d’études et d’activités pédagogiques variées pour les élèves de 2e et 3e années ou encore une participation au programme Focus Métiers de l’École destiné à mieux faire connaitre les métiers aux élèves et à optimiser les recrutements des entreprises…
  • Soutien à l’échange des connaissances et du partage d’expériences par l’organisation de séminaires, d’écoles annuelles et de conférences sur les grands enjeux de la supply chain du futur.
  • Soutien aux travaux de recherche par la mise en place d’un programme de recherche partenarial notamment autour des thèmes “Prévisions”, “Impacts organisationnels de l’IoT et de la Blockchain” ou “L’entrepôt mécanisé du futur”.

Source : École des Ponts ParisTech

Crédit photo : © David Delaporte – École des Ponts ParisTech

Légende (De gauche à droite) : François Bertière, président de la Fondation des Ponts, Mark Sutcliffe, directeur de la supply chain du Groupe Renault, Pierre-Yves Escarpit, directeur général adjoint en charge de la supply chain, Cdiscount, représentant le groupe Casino, Vincent Barale, directeur de la supply chain de Louis Vuitton, Sophie Mougard, directrice de l’École des Ponts ParisTech, Pierre-MartinHuet, directeur de la supply chain du groupe Michelin.

Retour sur le projet humanitaire 2018 Dévelop’Ponts Antsirabe

By | Actualités, Étudiants

En résumé

La Fondation soutient ce projet depuis 2017

Touchés par les problématiques de l’éducation à Madagascar, plusieurs étudiants de l’École des Ponts se sont mobilisés pour réaliser un projet humanitaire, avec l’Association Humanitaire Soeur Marie Colette (AHSMC), afin de débuter la construction d’un lycée à Antsirabe (Madagascar).

La Fondation, dans le cadre de sa mission pour accompagner les étudiants, a soutenu ce projet, comme elle l’a fait en 2017, en attribuant un financement à Develop’Ponts l’association solidaire de l’École des Ponts, à l’initiative de ce projet.

Nous vous parlions de ce projet en mai 2018

1. Comment s’est déroulé votre séjour ?

Durant les 3 semaines passées sur place, nous nous sommes impliqués sur le chantier en soutien des ouvriers présents, et nous avons également échangé nos connaissances avec les élèves de toutes les classes, de la maternelle à la 4ème.
Chaque jour, certains travaillaient sur le chantier de 8h à 12h puis de 13h à 17h, pendant que d’autres aidaient les enseignants lors de leurs cours.
Sur le chantier, nous aidions les ouvriers à préparer le mortier, à concevoir les armatures en acier ou encore à construire les parpaings.

Les conditions de travail n’ont rien à voir avec celles en France, les moyens matériels sont très réduits, les outils se limitent à quelques pelles et bêches, les matériaux à des tiges d’acier brut et des sacs de ciment de 50kg. Il est donc nécessaire d’avoir beaucoup de main d’œuvre, c’est pourquoi notre aide a été très appréciée, d’autant plus qu’elle a permis de tisser un réel lien avec les  ouvriers malgaches, et de comprendre leur quotidien physiquement très éprouvant.

Les cours que nous donnions étaient avant tout des cours de révision pour les élèves, du niveau collège, en préparation de leurs examens. Nous leur avons donné des cours de mathématiques, physique, éducation civique, géographie, anglais et Français. Cette expérience nous a beaucoup rapproché des élèves, faisant ressortir nos différences culturelles mais aussi nos valeurs communes.

2. Avez-vous ramené du matériel avec vous ?

Oui tout à fait. Une de nos missions a également été de décharger les 75 tonnes de ciment et les 5 tonnes d’acier que la société EIFFAGE nous a généreusement donnés. Nous ne les remercierons jamais assez pour ce soutien, un grand merci à eux !

Nous avons également ramené du matériel scolaire, des milliers de stylo données généreusement par BIC, des crayons de couleurs, des dictionnaires, des livres scolaires, des vêtements, des médicaments.

3. Où avez-vous laissé le projet à votre départ ?

À notre départ, après 3 semaines de travail, les fondations des bâtiments étaient réalisées, la 1ère hauteur de mur avait vu le jour et la dalle du rez-de-chaussée était sur le point d’être coulée.

4. Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

Notre aventure à Madagascar n’a ressemblé à aucune de nos précédentes expériences. Elle nous a permis de découvrir et surtout d’apprendre beaucoup.

D’abord en amont, notre travail a débuté dès le mois de janvier et s’est étalé sur une grosse moitié de l’année. Au cours de celle-ci, nous avons pu développer un grand nombre de capacités, comme le sens de l’organisation et de la planification, le contact avec des acteurs très différents, la rigueur du contenu dans chacune de nos présentations. Toutes ces compétences nous resserviront dans notre vie professionnelle ou dans d’autres projets semblables à celui à Antsirabe.

Il nous a fallu nous préparer à vivre pendant trois semaines à plus de dix mille kilomètres de chez nous dans un pays instable, très différent de la France. Cette aventure restera vraiment un souvenir fort de notre vie dans notre école. Surtout, nous avons vécu une expérience de groupe qui nous a rapproché les uns des autres et créé une vraie complicité.

Enfin, et c’est finalement le plus important à nos yeux, nous avons consacré du temps pour aider des gens qui en avaient besoin et qui ont su parfaitement nous le rendre. Que ce soit les sœurs, les ouvriers ou les élèves, l’accueil a été chaleureux et nous avons partagé avec eux des moments uniques.

Un moment inoubliable de ces trois semaines fut par exemple la soirée crêpes que nous avons organisée avec les ouvriers et les sœurs, et qui s’est terminée en un enchaînement de danses malgaches (très physiques par ailleurs) jusque très tard. Les enfants, qui sont toujours très polis et ouverts, ont aussi pu nous apprendre quelques rudiments de malgache. Quant aux sœurs, elles ont rendu notre séjour des plus agréables et festifs, et nous n’oublierons pas de sitôt notre fête du 14 juillet à Madagascar. Nous ne les remercierons jamais assez, et leur bonne humeur ainsi que leur joie de vivre nous manquent déjà.

Pour toutes ces raisons, cette expérience nous a beaucoup apporté et nous n’hésitons pas à encourager toute autre personne à vivre une aventure semblable.

5. La suite ?

Le projet final des sœurs n’est pas achevé. La construction du rez-de-Chaussée est maintenant terminée, cependant les sœurs de l’institut espèrent pouvoir continuer les travaux l’an prochain, afin de permettre d’accueillir les élèves jusqu’à la classe de terminale. C’est pourquoi nous souhaitons garder contact avec l’association et espérons que les futurs membres de l’organisation Dévelop’Ponts poursuivrons ce projet l’année prochaine.

En effet, après cette expérience réussie, nous allons maintenant partager notre vécu avec la nouvelle promotion. Nous souhaitons leur donner les clés pour mener à bien la suite du projet afin qu’ils puissent, comme nous, profiter au maximum de cette aventure unique.

Dévelop'Ponts

Dévelop’Ponts est une association de loi 1901 fondée en 2002 et constituée d’élèves de première année de l’Ecole nationale des ponts et chaussées.

Découvrir Develop'Ponts