Category

Recherche & innovation pédagogique

Création du centre de co-innovation Sino-Français

By | Actualités, Rayonnement, Recherche & innovation pédagogique

Création du centre de co-innovation Sino-Français

Avec la Chine, notamment, les relations institutionnelles de l’Ecole des Ponts ParisTech remontent à 1994. La création de l’Institut Franco-Chinois d’Ingénierie et de Management (IFCIM) avec l’Université TONGJI répondait alors aux besoins du développement économique et social de la Chine de la fin du 20ème siècle, en s’appuyant sur les compétences et l’expérience des écoles d’ingénieurs et des grandes entreprises françaises. Le succès rencontré par les programmes de formation des cadres comme SIMBA et les Masters en ingénierie de l’environnement ou des transports a démontré leur adéquation à la demande de compétences techniques et managériales.

À l’heure des « nouvelles routes de la soie », il est apparu naturel de faire évoluer les activités de l’Institut afin de s’adapter aux nouveaux besoins des entreprises françaises en Chine et aux nouvelles formes de coopération industrielle.

Le 07 novembre 2018, FANG Shouen, Président du Conseil de l’Université TONGJI a réaffirmé l’intérêt et l’engagement de TONGJI dans cette initiative.

En 2018, l’École des Ponts a réuni une dizaine d’entreprises françaises (ENGIE, Alstom, Michelin…), partenaires historiques de l’IFCIM, pour leur proposer de réorienter l’Institut en centre de co-innovation. Rapidement ont été exprimés des besoins de projets de recherche partenariale entre un consortium d’entreprises non concurrentes entre elles, des laboratoires de Tongji, et des laboratoires des Ponts. L’accès aux talents et le développement des compétences des cadres ont également été plébiscités, sur une thématique fédératrice : les transports et la ville durable.

Chine, Afrique, Amérique Latine : c'est là que le monde se construit, et c’est là que les entreprises ont besoin de la force d’innovation des Ponts pour développer leur compétitivité.

Marie-Christine BertDirectrice des relations internationales et des partenariats entreprises

La création d’un centre de co-innovation en Chine, puis des formats similaires au Brésil et au Maroc, nous permettra ainsi d’associer les forces françaises et locales, en nous appuyant notamment sur notre réseau de partenaires académiques, nos alumni dans ces pays, pour apporter aux entreprises :

De nouvelles compétences professionnelles permettant aux collaborateurs d’être à la pointe des nouveautés ;
Un accès à la recherche du pays, impossible à réaliser sans s’associer à des partenaires locaux (entreprises, universités), sur des thématiques phares des pays concernés, par exemple la Ville durable et les transports en Chine. Cette recherche partenariale permet également de bénéficier de financements significatifs ;
Des innovations immédiatement transférables à l’entreprise ;
Des diplômés plus à même de répondre à ces différents enjeux, et donc plus performants.
Notre objectif 2019, avec vous : 400 000 €

Pour recruter notamment un directeur de projet, capable de faire l’interface entre les besoins des entreprises Françaises et Chinoises à Shanghai, entre les laboratoires des deux institutions, ainsi que l’animation scientifique et industrielle du Centre de co-innovation.

Félicitation aux lauréats du prix Abertis 2018

By | Actualités, Recherche & innovation pédagogique

Pour la septième année consécutive, l’Ambassade d’Espagne à Paris a accueilli, le jeudi 18 octobre 2018, la remise des prix de la Chaire Abertis.

La Chaire Abertis-École des Ponts ParisTech, créée en 2011, récompense les meilleurs travaux de recherche dans le secteur de la gestion des infrastructures de transport. Son objectif est de promouvoir l’éducation, la recherche et l’innovation dans ce domaine, en reconnaissant le talent et la recherche d’un avenir meilleur pour tous les citoyens.

Ce prix national récompense un travail de thèse, un mémoire de Master ou un projet de fin d’études (PFE), soutenus durant l’année civile et mettant l’accent sur des travaux d’analyse innovants.

La 7ème édition de ce prix récompense cette année deux travaux de Thèse. Aucun lauréat n’a été récompensé pour la catégorie Master : les travaux n’ayant pas convaincu le jury.

Catégorie thèse transport

Anne-Sarah BRIAND

pour son travail sur la fouille des données billetiques pour l'analyse de la mobilité dans les transports en commun

Catégorie thèse sécurité routière

Béranger LE TELLIER

pour son travail sur la méthode d'évaluation des systèmes de retenue des enfants dans un environnement automobile

Crédits photos : Abertis, Fondation des Ponts

Création de deux nouvelles chaires d’enseignement et de recherche

By | Actualités, Recherche & innovation pédagogique

Chaire Smart Cities

Le 17 octobre 2017, deux nouvelles chaires d’enseignement et de recherche furent signées entre l’École des Ponts ParisTech (représentée par Sophie Mougard, directrice), un représentant du partenaire (Matthieu Muzumdar, directeur des relations investisseurs chez Méridiam / Jean-Paul Vellutini, associé KPMG, membre du directoire), et laFondation des Ponts (représentée par Max Roche, Trésorier).

Depuis plus de 10 ans, l’École développe une politique de partenariat de long terme avec les entreprises au travers de chaires industrielles. Structurantes autour d’une thématique stratégique pour l’École, elles visent à créer de la valeur scientifique et pédagogique pour l’École, et de l’innovation facteur de compétitivité pour l’entreprise.


Chaire “développement et financement de projets d’infrastructures durables” avec Meridiam

Cette nouvelle chaire comprend des activités de recherche et d’enseignement et également un volet de soutien à l’entrepreneuriat. L’ambition est de répondre au besoin d’une formation interdisciplinaire et ouverte sur l’international de cadres de haut niveau du secteur public – comme du secteur privé – aptes à relever les défis du besoin d’infrastructures durables. La création de cette chaire s’inscrit dans le prolongement du Mastère Spécialisé® international Infrastructure Project Finance, créé en 2016 par l’École, dans le but de former des experts du financement de projets capables d’assurer une approche cohérente de la conception à l’implémentation de projets d’infrastructures (transports, équipements, bâtiments…), dans toutes leurs dimensions à la fois techniques, juridiques et financières.

Avec cette chaire, Meridiam et l’École des Ponts ParisTech souhaitent accompagner et amplifier les actions menées par l’École pour former des professionnels dont le secteur de l’infrastructure a besoin. Elle comprend plusieurs aspects :

– un soutien aux activités d’enseignement du Mastère Spécialisé® Infrastructure Project Finance,
– un programme de recherche avec les laboratoires de l’École des Ponts ParisTech dans le domaine des systèmes d’aides à la décision pour le financement de projets d’infrastructures durables,
– des bourses pour des élèves ingénieurs internationaux issus des pays où Meridiam développe ses activités,
– une bourse, pour un(e) étudiant(e) souhaitant poursuivre sa scolarité à Columbia University,
– la remise d’un prix annuel de la meilleure thèse ou projet de fin d’études,
– l’organisation de séminaires internationaux,
– un soutien aux projets entrepreneuriaux.

Source : École des Ponts ParisTech


Chaires “Smart cities et création de valeur” avec KPMG

L’objectif de cette chaire est de permettre la diffusion des connaissances et l’accompagnement des élèves ingénieurs, par des modules de formation et des projets de fin d’étude ou pluridisciplinaires appliqués à des problématiques concrètes des acteurs des Smart Cities. Quatre thématiques (Smart Buildings, Smart Mobility, Smart Gouvernance, Smart Resources) permettront de mesurer l’ampleur de l’écosystème impacté par la Smart City.

KPMG apportera son soutien aux activités d’enseignement de l’École sur les thématiques de calcul économique, modèles d’analyse, décision d’investissement, en lien avec les enjeux Smart City. Le cabinet d’audit et de conseil participera notamment à l’élaboration de l’enseignement du nouveau Master international de l’École : le master EDCBA (Economic Decision and Cost Benefit Analysis), co-opéré avec Paris School of Economics. En matière d’enseignement, KPMG travaillera également chaque année avec le département Sciences Economiques, Gestion, Finance dans le cadre de la pédagogie par projet développée à l’École.

L’autre pilier du partenariat sera le Ponts Team Project, un outil pédagogique innovant à travers lequel KPMG proposera à une équipe d’élèves ingénieurs en fin de cursus un sujet d’envergure plurisdisciplinaire.

Le partenariat de l’École des Ponts ParisTech avec KPMG s’étendra également à la formation continue de l’École, au travers d’une réflexion commune des formats innovants de formation continue. Enfin, un dernier volet de cette collaboration prévoit un partenariat autour de la contribution à la création et à la diffusion des connaissances dans les filières des infrastructures, du transport, de l’énergie et de la santé.

Source : École des Ponts ParisTech

Crédit photo : © Patrick Sagnes – École des Ponts ParisTech

Interview de Françoise Prêteux

By | Recherche & innovation pédagogique

Françoise Prêteux

Directrice de la recherche, École des Ponts ParisTech

Pourquoi developper l’activité de recherche à l’École des Ponts ParisTech ?

La recherche est le facteur différenciant dans les classements internationaux et dans la dynamique de formation. Elle est reconnue par tous comme la clé de l’innovation et de la compétitivité pour les entreprises. Il est donc stratégique pour l’École de développer une politique coordonnée de recherche, ouverte et partenariale.

À ce titre, mon objectif est double : contribuer à l’avancée des connaissances dans les domaines de l’École et apporter un soutien aux acteurs socio-économiques.

Quel est le positionnement de la recherche de l’École ?

Réussir la transition écologique, telle est l’ambition de la recherche à l’Ecole des Ponts, au travers de quatre enjeux socio-économiques: industrie du futur ; gestion des ressources, des milieux et des risques; ville durable et mobilité; économie; usages et société.

Ce positionnement se caractérise également par un remarquable équilibre entre une recherche académique d’excellence reconnue au niveau mondial et une recherche partenariale et contractuelle au service des besoins des entreprises.

Ce second volet représente près de la moitié des ressources propres de notre recherche. C’est grâce à nos 12 laboratoires et leurs quelque 1000 scientifques, dont plus de la moitié de jeunes chercheurs, que la recherche se déploie selon une offre interdisciplinaire à forte valeur ajoutée.

Comment est évaluée la recherche ?

En France, la recherche est évaluée par l’HCERES en termes, d’une part de qualité et performances au niveau de chaque laboratoire et d’autre part de stratégie et vision prospective au niveau de l’établissement. En ce qui nous concerne, les comités d’experts ont souligné “des recherches au meilleur niveau mondial” ou encore “une réussite entre expertise scientifique et transfert”.

Dans le classement 2017 du Times Higher Education (THE) des établissements les plus “réputés” au monde, l’Ecole gagne 100 places et apparaît dans la catégorie 251-300, une performance liée aussi à la qualité de sa recherche.

En outre, notre processus de pilotage de la recherche a été confrmé en 2016 dans son label ISO 9001. Cela témoigne de son effcience et de l’engagement qualité vis-à-vis de ses partenaires.

IMPACT de la recherche académique

  • 6 ERC, reconnaissance européenne de l’excellence
    scientifque
  • 15 projets ANR JCJC, soutien aux jeunes chercheur(e)s
  • 1500 publications de rang A par an
  • 50 colloques internationaux / nationaux organisés par an
  • 170 thèses soutenues par an
  • 7 LabEx (laboratoires d’excellence) et 1 projet I-Site

DYNAMIQUE de la recherche partenariale

  • 150 partenaires industriels dont 70% du CAC 40
    et SBF 120
  • 14 chaires de recherche et enseignement actives
  • 21% de formations doctorales en convention Cifre
  • 2 laboratoires communs avec EdF R&D

La Fondation des Ponts soutient le “co-innovation lab des Ponts”. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Selon moi, dans un monde mobile et dans des sociétés en accélération, la recherche se doit d’être co-création, co-développement et donc co-innovation.

Face à ce paradigme d’espace et de temps, notre action volontariste se concrétise par la création du Co-Innovation Lab des Ponts pour inventer demain.

C’est le projet phare du plan stratégique de l’Ecole, piloté par la Direction de la recherche. Le Co-Innovation Lab des Ponts met en synergie dans un même espace entrepreneurs, chercheurs, ingénieurs, professeurs, étudiants, start-uppers pour des avancées technologiques et des solutions de transfert.

Pour gagner en avantage compétitif, il abrite 3 plateformes d’envergure pour des projets à dimension expérimentale jusqu’à l’échelle. La première, “Build’In” est dédiée à la construction numérique intégrant cobotique et intelligence artifcielle. La deuxième, “Mµ” se concentre sur la modélisation de la mobilité urbaine. Enfn, la troisième, “Fresnel” développe services et techniques pour l’observation multi-échelles des risques en hydrologie urbaine.

Depuis le lancement du projet, quel chemin parcouru ?

Avant tout, le soutien de la Fondation des Ponts a été décisif pour le lancement de ce projet et l’acquisition d’équipement robotique aux meilleurs standards internationaux.

Je la remercie chaleureusement ainsi que les Anciens, généreux donateurs, pour leur engagement. Bien sûr, la Direction de la recherche avec ses laboratoires s’est mobilisée pour dresser le cahier des charges technique et la feuille de route scientifique. Ensuite, selon un plan pluriannuel d’investissement, porté par l’Ecole, priorités et moyens y ont été associés.

En 2016, c’est la plateforme Build’In, portée par le laboratoire Navier en partenariat avec les laboratoires CERMICS et Imagine-LIGM, qui a été équipée.

Désormais, les trois robots 6 axes instrumentés sont opérationnels pour développer les nouveaux systèmes constructifs.
Les enjeux et méthodes visent à :

  • Comprendre, prévoir et optimiser les matériaux et les structures ;
  • Optimiser les processus et procédés industriels ;
  • Explorer des solutions aux ruptures.

Ce sont déjà près d’une dizaine de thèses qui ont été lancées. Parmi les sujets abordés, riches et complémentaires, citons: construction additive béton à grande échelle, impression 3D de béton avec fbres longues, mécanique des géométries à double courbure, ou encore robotique mobile et coopérative pour les applications en construction.

Actuellement, une quinzaine d’entreprises contribue déjà à porter notre initiative pour la co-innovation. Et la recherche fait aussi école ! À la rentrée 2017, la plate-forme Built’In servira pour la première fois à la formation de nos élèves ingénieurs et architectes.

Elle sera exploitée dans le cadre de l’atelier intensif “Construire le courbe”, dédié aux structures à doubles courbures et à la découverte de leurs méthodes de conception et de fabrication. Cet atelier, conçu par le laboratoire Navier, est organisé autour de la fabrication d’un pavillon temporaire en bois, réponse innovante aux principales contraintes constructives des structures d’enveloppes:simplicité des connexions, planéité des panneaux et liberté formelle.

C’est l’esprit du co-développement qui est porté ici grâce à une implication forte de nos partenaires: Simonin, Würth, HAL, ABB et Schunk. Avec les chercheurs, ils rendent possible cette innovation pédagogique de grande ampleur. Merci à chacun.