All Posts By

Guillaume Monaci

Codex D. l’aventure entrepreneuriale d’un élève ingénieur

By | Actualités, Entrepreneuriat

Codex D.

Étudiant en première année à l’École des Ponts Paristech, Antoine Desjardins se lance dans l’aventure entrepreneuriale, avec 4 associés, pour créer sa startup. Codex D. est une nouvelle application gratuite proposant des escape games à travers la ville.

" Soutenez-nous en rejoignant notre crowdfunding Ulule ! "

Besoin de financement : 9 000 €

36%
Pour tout savoir sur le projet : https://www.codex-d.com/

Prix 2018 de la Fondation pour encourager l’entrepreneuriat

By | Actualités, Entrepreneuriat
1er prix - 10 000 €

Wind My Roof

projet d'éoliennes de toiture, porté par 3 élèves de l'École actuellement en année de césure : Antoine Brichot, Baptiste Lafoux, Yannis Maacha

En savoir plus
2nd prix - 3 000 €

Harvestr

Logiciel permettant aux entreprises d'agréger et d'analyser utilement les retours d'informations venant des clients, logiciel développé par Valentin Huang, élève en double diplôme HEC- ENPC

En savoir plus
Prix spécial du jury - 2 000 €

Maison Poussin

Projet de co-création, avec le client, de sacs en cuir, porté par Flora Agbomson, élève de 2ème année, qui a séduit le jury par son dynamisme et sa volonté.

Félicitation, et tous nos vœux de réussite à ces jeunes startupper !

Le jury du prix de la fondation d’encouragement à l’entrepreneuriat s’est réuni jeudi 24 mai sous la présidence de Olivier Dupont.

Il comprenait Max Roche, Samir Naessany,  Louis-Marie Pons, Cathia Marion (du cabinet d’avocats UNIK),  Hassane Akka et Louis-Michel Sanche.

La remise des prix a eu lieu pendant la soirée de la Fondation, le jeudi 14 juin à Station F.

Soirée de la Fondation 2018

By | Actualités, Entrepreneuriat, Évènement
La remise du prix de la Fondation pour encourager l’entrepreneuriat
La vidéo de la soirée
Les photos de la soirée

Merci

aux généreux donateurs, startup des Ponts, parrain de cette campagne de mobilisation, membres de l’École, de Ponts Alumni et de la Fondation, élèves entrepreneurs, réunis jeudi 14 juin 2018 pour partager un moment convivial, se retrouver, échanger, visiter le plus grand incubateur du monde, ou tout simplement être remerciés du soutien apporté, parfois depuis de nombreuses années, à la Fondation des Ponts et à l’École des Ponts ParisTech.

aux

176
participants

Galerie photos

Cliquez sur la photo pour afficher en plein écran

Urban Canopee construit son premier démonstrateur à Toulouse

By | Actualités, Entrepreneuriat

Toulouse accueillera le 1er démonstrateur

La Fondation soutient Urban Canopee dans le cadre de son programme à Station F

Pour lutter contre la chaleur, Urban Canopee, spin-off de l’Ecole des Ponts ParisTech, construit son premier démonstrateur de solution îlots de fraicheur avec 100m² de végétalisation.

C’est Toulouse qui sera la première ville à tester cette première mondiale, face au marché St Cyprien, l’un des plus gros îlots de chaleur de la ville rose !

La mairie de Toulouse leur fait confiance et leur prête la place Diebold face au marché St Cyprien pour 3 ans d’expérimentation.

Urban Canopee

Urban Canopee, conçoit des solutions architecturales « plug & play » , végétalisées, connectées, modulaires et légères pour recouvrir des espaces extérieurs urbains.

La société, dirigée par Hubert Michaudet, est la première spin-off de l’Ecole des Ponts ParisTech, issue de l’expertise en matériaux innovants et calcul avancé de structures légères, développée depuis plus de 10 ans au sein du laboratoire Navier de l’École des Ponts ParisTech.

Découvrir Urban Canopee

Une campagne de co-financement lancée

Pour financer l’installation de ces 3 corolles végétalisées cet automne, une campagne de co- financement participatif a été lancée, avec un objectif de récolte de 10 000 euros, soit la moitié du coût global du projet.

"Devenez un urban canopeur et soutenez le projet Toulouse Canopée pour sauver la planète !"

Besoin de financement : 10 000 €

101%

En partenariat avec l'École des Ponts ParisTech

Ce premier démonstrateur de centre-ville sera instrumenté et suivi pendant 3 ans par Julien CRAVERO, dans le cadre de sa thèse à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées ParisTech, au sein des laboratoires HM&Co (Hydrologie, Météorologie et Complexité) et NAVIER (équipe matériaux et structures architecturées).

Sa thèse porte sur le déploiement optimal de greffes urbaines végétalisées pour l’atténuation des îlots de chaleur urbains, avec une évaluation des performances dans le cadre d’une ACV.

L’expérimentation permettra d’alimenter les données scientifiques et de démontrer l’intérêt du déploiement du végétal dans le milieu urbain.

Un prototype test sera également déployé à l’Ecole des Ponts d’ici 1 mois. Les premiers exemplaires seront ensuite disponibles à la vente début 2019.​

Étudiants réfugiés invités à l’École des Ponts

By | Actualités, Étudiants

Le programme

La Fondation soutient ce programme depuis 2017
A lire également : PER : 1er bilan très positif

Le Programme Étudiant Invité (PEI), désormais appelé Programme Étudiant Réfugié (PER), née en octobre 2016, est destiné à l’accueil des réfugié(e)s et des migrant(e)s étudiant(e)s du supérieur au sein de l’Ecole des Ponts. Il s’agit d’un “programme passerelle” qui ne délivre pas de diplôme mais permet de construire un projet de professionnalisation ou de reprise d’études supérieures.

En 2016-2017, le PEI a permis d’accueillir 9 étudiants (soudanais, érythréens, afghans et syriens), demandeurs d’asile ou réfugiés, ayant étudié entre un semestre et 5 ans dans une université, dans un domaine scientifique (mathématiques, informatique, biochimie, mécanique aéronautique).

Accompagnement proposé

L’objectif général de ce programme est d’accompagner des étudiants migrants dans l’élaboration de leur projet de reprise d’études ou de professionnalisation.

Pour ce faire les axes suivants ont été définis :

  • Insertion sociale (sorties culturelles, accompagnement dans les démarches de la vie quotidienne, ateliers de conversation)
  • Insertion académique à l’École (accueil, accès aux services informatiques, documentaires et de restauration, sport, cours de FLE, d’anglais et scientifiques des départements de l’École, tutorats, possibilité de présenter une certification externe en FLE, représentation par un délégué).
  • Préparation d’un projet d’études ou d’emploi en France (accompagnement individuel pour l’orientation académique/ professionnelle, la demande d’équivalence de diplôme, la candidature auprès des établissements concernés, recherche de bourse…).

Ce programme s’inscrit dans une double continuité : une continuité avec les initiatives similaires nées au sein des écoles parisiennes, face à la crise humanitaire et morale que vivent ces peuples exilés, mais également une continuité avec la culture d’ouverture sociale et internationale des Ponts, avec ses nombreux étudiants étrangers et ses multiples cours de langues.

Fonctionnement

Un ensemble d’acteurs de l’école, professeurs, membres de l’administration ou encore élèves assurent le bon fonctionnement du programme.

Trois élèves coordinateurs, membres de l’association solidaire Dévelop’Ponts, sont particulièrement chargés du bon fonctionnement global du programme.

Chaque étudiant invité fait partie d’un trinôme, incluant également un élève de l’École et un enseignant ou un agent de l’École.

Pour en savoir plus, téléchargez le document de présentation ici

La Fondation soutient : le projet humanitaire 2018 Dévelop’Ponts Antsirabe

By | Actualités, Étudiants

En résumé

La Fondation soutient ce projet depuis 2017

Touchés par les problématiques de l’éducation à Madagascar, plusieurs étudiants de l’École des Ponts se sont mobilisés pour réaliser un projet humanitaire, avec l’Association Humanitaire Soeur Marie Colette (AHSMC), afin de débuter la construction d’un lycée à Antsirabe (Madagascar).

La Fondation, dans le cadre de sa mission pour accompagner les étudiants, soutient ce projet, comme elle l’a fait en 2017, en attribuant un financement à Develop’Ponts l’association solidaire de l’École des Ponts, à l’initiative de ce projet.

Dévelop'Ponts

Dévelop’Ponts est une association de loi 1901 fondée en 2002 et constituée d’élèves de première année de l’Ecole nationale des ponts et chaussées.

Découvrir Develop'Ponts

"Nous devons lever un minimum de 10 000 € cette année. Aidez-nous à construire un lycée à Antsirabe, à Madagasar !"

Besoin de financement : 10 000 €

36%
Comprenant :

  • Financement de la Fondation : 2 000 €
  • Financement participatif sur HelloAsso : 1 565 € au 10/07/2018

nous souhaitons apporter notre aide à ceux qui n'ont pas la chance, comme nous, de se trouver dans une situation permettant de s'épanouir, et qui sont limités par la misère et la difficulté de leur condition.

Ils nous parlent de leur projet

Antsirabe est une ville des hautes terres de Madagascar, chef-lieu de la région Vakinankaratra, dans le centre de l’île. C’est la troisième plus grande ville de Madagascar, avec près de 230 000 habitants. Il y a 3 ans les équipes de SOL6, association humanitaire de l’université Pierre et Marie Curie à Paris sont venus y construire un collège. Sa construction est toujours en cours et leur équipe revient cet été. Il y manque encore des salles : au collège pas de salle pour la 3ème , en Primaire pas de salle pour le CM2 et aucune salle pour l’administration. La construction du collège ayant commencé il y a 3 ans, les collégiens sont donc bientôt en âge d’aller au lycée.

Or, les seuls lycées alentour (45 minutes à pieds) sont chers et accessibles uniquement aux familles aisées alors que la plupart des parents d’élèves du collège actuel d’Antsirabe sont de simples ouvriers. Il est donc plus que nécessaire de construire un lycée. De plus, peu d’enfants comprennent le Français et il n’est que peu enseigné, alors que celui-ci est la deuxième langue officielle et la langue d’enseignement. Ces enfants n’ont malheureusement pas assez de vocabulaire pour comprendre les cours et les examens. Si rien n’est fait, leur scolarité future sera compromise.

Grâce aux établissements déjà construits, les élèves d’Antsirabe peuvent commencer à apprendre le Français, avec l’aide des sœurs qui leur dispensent cet enseignement. Depuis deux ans, les parents remarquent ainsi les progrès de leurs enfants, et souhaitent vivement qu’ils continuent cet apprentissage jusqu’au lycée.

Notre Projet consiste en la construction d’un bâtiment scolaire de 9 salles qui servira de lycée à Antsirabe, et permettra d’accueillir les actuels collégiens. La tenue de ce lycée par les sœurs permettra d’assurer un coût presque nul de scolarisation, la qualité de l’enseignement qui y est fait, et la présence de cours de Français, dans la continuité de ce qui est fait actuellement dans les classes de niveaux inférieurs, et donc la pérennité du projet. L’autorisation d’ouverture de ce Lycée par l’Etat, venant du Ministère de l’Education Nationale, a déjà été donnée, et il ne reste donc plus que les fonds à récolter. Outre notre aide pour la construction de ce bâtiment, notre présence sur le terrain permettra d’aider les sœurs à donner des cours, et a faire de la prévention auprès des enfants.

La Fondation soutient la restauration et la valorisation du patrimoine de l’École

By | Patrimoine

La numérisation 3D de la collection des bustes, mise à l'honneur par la campagne de naming du Learning Center

L’École détient une vingtaine de bustes d’ingénieurs illustres du XVIIIe au XXe siècle : TRUDAINE, PERRONET, CARNOT, VICAT, NAVIER… Provenant de dons et de legs, d’acquisitions ou de commandes auprès de l’administration des Beaux-Arts, ils ont longtemps été installés dans la grande salle des pas perdus, rue des Saints-Pères. Depuis la vente du bâtiment en 2008, ils sont conservés dans les nouveaux locaux de l’École à Champs-sur-Marne.

Recensées par les monuments historiques, ces imposantes pièces de marbre ou de pierre de Lens sont toutefois difficiles à mettre en valeur dans les bâtiments actuels. D’où l’idée de les reproduire en résine polymère, à partir de leur numérisation 3D générée par ordinateur et de leur impression en stéréo lithographie.

Les modèles numériques des bustes seront utilisés dans le cadre d’une galerie virtuelle dédiée à l’histoire de
l’École des Ponts et à ses principales fgues. Les bustes imprimés devraient quant à eux être exposés dans un espace du Learning Center dédié au patrimoine, prévu à cet effet dans la nouvelle scénographie du hall ; une partie d’entre eux peut, de plus, être signée par un donateur de la Fondation, dans le cadre de la campagne de naming du Learning Center.

Graphomètre de Pierre-Charles LESAGE

Légué à l’École en 1810 par son premier inspecteur, Pierre-Charles LESAGE, ce graphomètre a ensuite disparu de la collection d’instruments scientifiques de l’École à une date inconnue. Fabriqué à Paris en 1782 par la prestigieuse maison de la veuve LENNEL, ce graphomètre à pinnules en cuivre et laiton, et à boussole argentée, était un des fleurons des collections patrimoniales de l’École.
En février 2014, l’instrument refait son apparition lors d’une vente aux enchères à Versailles : portant les inscriptions gravées « École des Ponts et Chaussées » et « Mr Le Sage du Trémont, ingénieur des Ponts et Chaussées », ainsi que le numéro d’inventaire « n° 31 », identique à celui de l’inventaire des instruments de l’École de 1824, il est rapidement authentifié par l’archiviste de l’École, Anne Lacourt. Grâce au financement de la Fondation, l’École s’empresse alors d’acheter ce graphomètre : outil emblématique de ses savoir-faire et de son enseignement, il a pu retrouver sa place dans sa collection historique d’instruments techniques et scientifiques.

Maquette de Jean-Rodolphe Perronet

Fondateur et premier directeur de l’École, Jean-Rodolphe PERRONET a légué sa collection de maquettes en 1794. L’École n’en possède aujourd’hui plus qu’une seule : la maquette en plâtre du pont de Brunoy sur l’Yerres, en Essonne, un ouvrage élégant orné d’une frise grecque conçu par PERRONET aux alentours de 1784 pour remplacer un précédent pont de bois emporté par la rivière.

Déposée au Musée des Travaux Publics après la démolition de la Galerie des Modèles en 1954, elle en est revenue cassée en multiples morceaux. Grâce au concours financier de la Fondation des Ponts, elle a fait l’objet d’une longue restauration en 2016, et peut de nouveau être temporairement exposée.