Category

Patrimoine

La Fondation participe à l’achat d’un dessin représentant la rue des Saints-Pères

By | Actualités, Patrimoine

La "rue des Saints-Pères" par Jean-Nicolas-Louis Durand (1760 - 1834)

La Fondation a participé à l'achat de ce dessin.

Acquis grâce au soutien de la Fondation des Ponts et de Ponts Alumni lors d’une vente aux enchères organisée chez Drouot fin 2018, ce dessin aquarellé de l’hôtel de Fleury, adresse historique de l’École des Ponts de 1845 jusqu’à la vente de l’hôtel en 2008, fut réalisé par Jean-Nicolas-Louis Durand (1760-1834).

Des 10 hôtels que l’École a occupés depuis 1747, l’hôtel de Fleury est un des rares pour lequel l’École n’avait ni plans ni dessins de l’époque, alors qu’elle y est restée 150 ans (à l’inverse des hôtels Libéral Bruant, du Châtelet, de Charolais, …)

Ce dessin, passé en plusieurs mains privées, est connu des historiens et des chercheurs, et c’est à l’Ecole qu’ils s’adressaient pour obtenir le droit de le reproduire dans des ouvrages, alors même qu’elle ne le possédait pas encore.

Cliquez sur l’image pour agrandir

Ce dessin est antérieur à l'installation de l'Ecole rue des Saints-Pères puisque Durand est mort environ 10 ans auparavant, mais il présente un intérêt documentaire certain. En effet, grâce à ce dessin, on connait l'aspect qu'avait l'hôtel de Fleury au moment où l'Ecole s'y est installée, ce qui est inédit dans les fonds patrimoniaux de l’École, les travaux d'agrandissement menés dans la seconde moitié du XIXe ayant significativement modifié l'aspect de ce bâtiment.

Anne LacourtChargée de mission Archives, et de la conservation des collections.

La Fondation soutient la restauration et la valorisation du patrimoine de l’École

By | Patrimoine

La numérisation 3D de la collection des bustes, mise à l'honneur par la campagne de naming du Learning Center

L’École détient une vingtaine de bustes d’ingénieurs illustres du XVIIIe au XXe siècle : TRUDAINE, PERRONET, CARNOT, VICAT, NAVIER… Provenant de dons et de legs, d’acquisitions ou de commandes auprès de l’administration des Beaux-Arts, ils ont longtemps été installés dans la grande salle des pas perdus, rue des Saints-Pères. Depuis la vente du bâtiment en 2008, ils sont conservés dans les nouveaux locaux de l’École à Champs-sur-Marne.

Recensées par les monuments historiques, ces imposantes pièces de marbre ou de pierre de Lens sont toutefois difficiles à mettre en valeur dans les bâtiments actuels. D’où l’idée de les reproduire en résine polymère, à partir de leur numérisation 3D générée par ordinateur et de leur impression en stéréo lithographie.

Les modèles numériques des bustes seront utilisés dans le cadre d’une galerie virtuelle dédiée à l’histoire de
l’École des Ponts et à ses principales fgues. Les bustes imprimés devraient quant à eux être exposés dans un espace du Learning Center dédié au patrimoine, prévu à cet effet dans la nouvelle scénographie du hall ; une partie d’entre eux peut, de plus, être signée par un donateur de la Fondation, dans le cadre de la campagne de naming du Learning Center.

Graphomètre de Pierre-Charles LESAGE

Légué à l’École en 1810 par son premier inspecteur, Pierre-Charles LESAGE, ce graphomètre a ensuite disparu de la collection d’instruments scientifiques de l’École à une date inconnue. Fabriqué à Paris en 1782 par la prestigieuse maison de la veuve LENNEL, ce graphomètre à pinnules en cuivre et laiton, et à boussole argentée, était un des fleurons des collections patrimoniales de l’École.
En février 2014, l’instrument refait son apparition lors d’une vente aux enchères à Versailles : portant les inscriptions gravées « École des Ponts et Chaussées » et « Mr Le Sage du Trémont, ingénieur des Ponts et Chaussées », ainsi que le numéro d’inventaire « n° 31 », identique à celui de l’inventaire des instruments de l’École de 1824, il est rapidement authentifié par l’archiviste de l’École, Anne Lacourt. Grâce au financement de la Fondation, l’École s’empresse alors d’acheter ce graphomètre : outil emblématique de ses savoir-faire et de son enseignement, il a pu retrouver sa place dans sa collection historique d’instruments techniques et scientifiques.

Maquette de Jean-Rodolphe Perronet

Fondateur et premier directeur de l’École, Jean-Rodolphe PERRONET a légué sa collection de maquettes en 1794. L’École n’en possède aujourd’hui plus qu’une seule : la maquette en plâtre du pont de Brunoy sur l’Yerres, en Essonne, un ouvrage élégant orné d’une frise grecque conçu par PERRONET aux alentours de 1784 pour remplacer un précédent pont de bois emporté par la rivière.

Déposée au Musée des Travaux Publics après la démolition de la Galerie des Modèles en 1954, elle en est revenue cassée en multiples morceaux. Grâce au concours financier de la Fondation des Ponts, elle a fait l’objet d’une longue restauration en 2016, et peut de nouveau être temporairement exposée.